Warning, our website may not display or work properly on your browser.
We recommend that you update it if you can.

Update my browser
I don't want or I can't update my browser
BackBackMenuCloseSchließenPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Joseph

Un film documentaire de Thomas Regdosz

Über den Projekt

Objectif : 100%.

La genese du film

L'idée de ce film est née il y a presque vingt ans, en 2002, alors que j'étais encore lycéen en section cinéma. J'ai souhaité connaître l'histoire de mes grands-parents : tous les quatres exilés polonais arrivés en France après la Seconde Guerre Mondiale. Par la même il s'agissait de connaître mon histoire. Pendant ces années j'ai toujours gardé ce projet en tête. À plusieurs reprise j'ai cherché à le reprendre. Au final Joseph sera centré sur mon grand-père maternel et sera mon premier long métrage.


Depuis quelques années déjà la question des migrants est au cœur de l’actualité. Cette expression venant euphémiser la réalité de l’exil, des vies définitivement chamboulées, ainsi que masquer les histoires de chacunes de ces personnes. Je suis moi même un descendant d’exilé. Ce film est l'histoire de Joseph, mon grand-père maternel, mais c'est aussi la mienne. Aujourd'hui il a 96 ans et je n'ai plus le temps d'attendre encore quelques années pour faire ce film.

Ce film c'est l'histoire d'une vie : de la Pologne à la France.

Le film

Joseph est l'histoire d'une vie mais aussi celle de l'Europe :

Il y a des histoires de vie qui sont indissociables de l’Histoire. Mon grand-père maternel Joseph (Józef ) est né en 1924 dans le sud de la Pologne,près de Cracovie . A cette date, la Pologne a retrouvé son indépendance depuis un peu moins de six ans. Ouvrier à la retraite depuis les années , à quatre-vingt seize ans aujoud'hui il habite dans l’agglomération lilloise. Je l’ai toujours connu habitant là. 

Il a quinze ans quand la Seconde Guerre Mondiale éclate et fuira son pays peu de temps après la fin de cette dernière. En effet, ancien résistant non communiste (Armia krajowa) contre l’occupation Nazie, il a entre autre pris part à l'Insurrection de Varsovie (1er août - 2 octobre 1944). Après guerre, les Soviétiques cherchent à faire disparaître toute les traces de cette résistance notamment par l'assassinat. Convoqué à Moscou, il choisi l'exil pour ne pas mourir.

Groupe de résistants, date inconnue (mon grand-père est le premier, debout, en partant de la gauche)

S'ensuit une traversée de l'Allemagne en plein hiver jusqu'à un camp de réfugiés. C'est là qu'il s'engage une première fois dans l'armée des Etats-Unis. Il sera en poste pour assurer la sécurité autour de Nuremberg, pendant le procès. Après, il décide d'aller travailler en France, dans l’industrie, d’abord en Lozère puis dans le Nord. Nous sommes au moment des grandes grèves de 1947 et les Polonais sont embauchés pour remplacer les grévistes dans les usines.

A la suite de cette période il retourne en Allemagne, milieu des années 1950, pour s'engager une seconde fois dans l'armée des Etats-Unis : il est affecté  à Fontenet (17). En 1956 à Roubaix il épouse ma grand-mère et après la naissance de leur premier enfant, à Roubaix aussi : ils s'installent tous les trois en Charente-Maritime. 


Portrait en uniforme de l'armée des État-Unis
(réalisé à St Jean d'Angély, date inconnue)

Ce n’est que dans les années 1970 qu’il pourra retourner pour la première fois en Pologne. Il n'a pas vu sa famille depuis sa fuite à l'ouest et celle-ci le pense mort. En 1990, après la fin de l’URSS, viendra la reconnaissance de son engagement et sa décoration par l’État Polonais. Une dizaine d'années plus tard, au début des années 2000, ce sera au tour de l'État Français de le décorer.

La forme du film :

Le film repose sur les entretiens avec mon grand-père. À partir de là, il s'agira pour moi de faire le chemin dans ses  traces, en sens inverse : d'ouest en est jusqu'à son village natal près de Cracovie. Il s'agira donc d'une traversée de l'Europe et de trois pays (France, Allemagne et Pologne). 

TERRE Amsterdam Hanovre Berlin Poznan o La Hayeo Brunswick Magdebourg Var Londres Dortmund o Anvers Gottingen Leipzig Brighton Bruxelles Cologne Allemagne Dresde Wroclaw @ o Kielce Belgique (mer) Francfort-sur-le-Main Katowice Prague Cracovie Goszcza R Luxembourg Tchequie o Mannheim Ostrava Nuremberg Brno Zakopane Paris Stuttgart o Kosice 47 h Slovaquie o Munich Viennel o @Bratislava Salzbourg Tours tes Zurich Autriche Budapest Debr Liechtenstein Graz o France Suisse Hongrie Rochelle Szeged ngely o Limoges Clermont Lyon Slovenie Zagreb o Milan Trieste Timisoa Verone Venise o Novi Sad Grenoble Turin Padoue Can Bordeaux o Croatie Belgrade Saint-Chely-d'Apcher Genes Bologne Zadar Saint-Marin Sarajevo Serbie
Itinéraire théorique du film

Je vais donc me retrouver, un peu, dans la même situation que lui à l'époque. Il ne parlait ni Allemand ni Français et je ne parle ni la première ni le Polonais. 
L'idée est donc de mélanger à la fois des extraits filmés des entretiens et à d'autres moment de ne garder que sa voix sur les images de cette traversée. 

Wofür ist das eingesammelte Geld?

Pourquoi ce financement participatif

Ce financement participatif servira à la phase préparatoire du film : c'est à dire filmer les entretiens avec mon grand-père, des repérages en France voire en Pologne. N'étant pas sur place, il y a forcément les déplacements Poitiers-Lille, de l'hébergement. J'aimerais aussi rémunérer quelqu'un pour la traduction et me rémunérer pendnant cette période.

Niveau 1 :
- Trajets Poitiers / Nord
- Réalisation des entretiens
- Quelques repérages

Niveau 2 (150%) :
- Renouvellement d'une partie de mon matériel informatique
- Me rémunérer un peu

Niveau 3 (200%) :
- Me rémunérer plus longtemps
- Rémunération de la traduction Polonais-Français.
- Plus de repérages

Sur la somme collectée pour il faut soustraire les frais suivants :
8% de commission Ulule 
+/- 30% de cotisations sociale

Cela donne un net de 60% du montant total collecté.

Über den Projektträger

Qui suis-je

Bonjour à toutes et tous !Je m'appelle Thomas Regdosz : photographe, réalisateur, et peintre basé à Poitiers.

Je suis né entre le début et le milieu de l’avant dernière décennie du XXème siècle, quelque part bien au nord de la Loire et, d’une certaine façon, un pied à l’est.


Crédit : Thomas Chapuzot, France 3 Nouvelle Aquitaine 

Sensibilisé très tôt à l’art,  je commencerai jeune la musique mais, à cette époque, déjà un attrait pour la photo et le cinéma. Ce furent d’abord des appareils photo jetables, et très vite l’envie d’en avoir un vrai. Vers 11 ans, je m’achète donc mon premier appareil photo. Cette envie de cinéma toujours présente, me conduit à en faire le cœur de mes études, à la fin des années 90. C’est à cette période que je me forme à l’image et commence véritablement la photographie. Quelques scenarii et quelques années plus tard viendra mon premier court métrage

Ces dernières années ont été occupées par un projet photographique autour de la transformation d'une ancienne friche industrielle à Poitiers. Joseph seratrès sûrement être mon premier long métrage.

Share Folgen Sie uns